Un millier de pétitions pour la libération d’Abdallah

Publié le par Front de Gauche 65

Un millier de pétitions pour la libération d’Abdallah

Une délégation du Collectif 65 de soutien à Georges Ibrahim Abdallah, le plus vieux prisonnier de France, détenu aujourd’hui à la Centrale de Lannemezan, a été reçue par la Préfète des Hautes-Pyrénées, à qui elle a remis un millier de pétitions.

« Nous réclamons le respect des Droits de l’Homme dans notre pays. Monsieur Abdallah a purgé 33 ans de prison en France, pour sa participation, jamais formellement établie, à l’assassinat de deux diplomates à Paris en 1982.  Alors qu’il est désormais âgé de 65 ans, il est temps de répondre à sa demande : la libération et une expulsion vers son pays d’origine, le Liban ». Les membres du collectif 65 de soutien à Georges Ibrahim Abdallah, détenu à Lannemezan, ont récolté un millier de pétitions. Objectif : demander sa libération, qui aurait déjà pu intervenir à plusieurs reprises depuis 1999. Ils ont remis les signatures, fin juin à Tarbes, à la Préfète Béatrice Lagarde. La délégation a reçu le soutien de la nouvelle députée européenne, Marie-Pierre Vieu. « Nous allons poursuivre nos démarches pour sensibiliser l’opinion publique à la situation de Georges », assure Daniel Larregola, responsable du Collectif, qui regroupe une douzaine d’associations, de syndicats et de partis des Hautes-Pyrénées. Les membres du Collectif participeront en octobre 2017 à la manifestation nationale organisée près de la Centrale de Lannemezan. Pour aider le « plus vieux prisonnier de France » à revoir enfin son pays des cèdres …

Jean-François Courtille

 

Publié dans Infos

Commenter cet article

larregola 01/08/2017 22:53

Bravo comme dit Georges "c'est ensemble que nous vaincrons"il le dit pour soutenir toutes les luttes contre la domination de l'argent roi,contre l'impérialisme et pour le libérer de sa geôle c'est nous les progressistes qui devons tout faire pour que la justice de notre pays soit respectée et qu'enfin notre camarade retrouve les siens.